Signez cette pétition

remplissez le formulaire

* champs obligatoires

petition

déjà 2 signatures

4998 nécessaires pour atteindre 5000

2 signatures / 5000

JE SIGNE MAINTENANT
Rappelons à la marque ses propres engagements

Auchan laisse tomber ses ouvrières ?

Rappelons à la marque ses propres engagements

En août 2021, de nombreuses multinationales de l’habillement ont accepté de signer un nouvel Accord pour la santé et la sécurité dans les usines textiles du Bangladesh. Objectif : poursuivre le programme de prévention mis en place après l’effondrement du Rana Plaza... et sauver des vies. Le groupe Auchan n’a, quant à lui, pas jugé bon de renouveler son engagement !

 

Ensemble, demandons au groupe de signer le nouvel Accord pour la santé et la sécurité dans les usines textiles du Bangladesh.

Cet Accord a une histoire

Le 24 avril 2013 à Dacca, la capitale du Bangladesh, l’immeuble du Rana Plaza s’est effondré. La chute de ce bâtiment de 8 étages, qui abritait 6 ateliers de confection, a tué 1 138 personnes (surtout des femmes) et en a blessé plus de 2 000. La vague d’indignation soulevée par cet accident parfaitement évitable a contraint les grandes marques à signer, le 13 mai 2013, un premier Accord pour la sécurité des bâtiments dans l’industrie textile au Bangladesh.

Signé par 222 entreprises, 10 syndicats et 4 ONG « témoins », cet accord est remarquable, car il engage juridiquement les entreprises signataires, et implique les salarié∙e∙s dans la détection et la résolution des problèmes de sécurité.

Grâce à cet accord, des milliers de défaillances techniques ont été détectées et réparées chaque année, et le nombre d’accidents a beaucoup diminué... mais tous les problèmes ne sont pas réglés !

Triste podium

D'après la Confédération syndicale internationale (CSI), le Bangladesh fait partie des 10 pays les pires pour les travailleuses et travailleurs. Dans le secteur du prêt-à-porter, qui emploie plus de 4,5 millions de personnes, les tentatives de constituer des syndicats ont été systématiquement bloquées en 2021, et les grèves ont donné lieu à l’intervention extrêmement brutale de la police. (Source : Indice CSI des droits dans le monde 2022)

Un nouvel Accord existe, il faut le signer !

L'accord de 2013 s'achevait en 2018. Après plusieurs années de prolongation transitoire, et malgré l’hostilité du gouvernement bangladais et des propriétaires des usines, un nouvel Accord international sur la santé et la sécurité dans l’industrie textile et la confection a finalement été conclu le 24 août 2021.

Ce nouvel accord, entré en vigueur le 1er septembre 2021, est une bonne nouvelle. C'est un accord juridiquement contraignant de 26 mois entre les marques de vêtements, les détaillants et les syndicats, qui s’engagent à poursuivre le programme collectif de sécurité sur le lieu de travail au Bangladesh et à étendre ce programme à d’autres pays sur la base des principes et des normes des précédents Accords de 2013 et 2018.

Les personnes employées dans les usines concernées peuvent alerter d’un danger par le biais d’un système d’alerte et peuvent refuser un travail dangereux. Des sanctions sont prévues en cas de représailles à leur encontre.

 

"Le premier incident dont je me souviens remonte à 1990. Un feu a tué 99 personnes, incluant le propriétaire. La raison ? Les portes étaient fermées à clé durant les heures de travail. (...) L’Accord de 2013 a permis des améliorations et le nouvel Accord protégera ces progrès."


Kalpona Akter, employée dès l’âge de 12 ans dans le secteur, à présent directrice du Centre de solidarité des travailleurs et travailleuses du Bangladesh (BCWS)

Pourquoi nous interpellons Auchan

Le 23 juin 2022, 175 entreprises avaient déjà accepté de signer le nouvel Accord. Des marques comme Primark et Benetton, également impliquées dans la catastrophe du Rana Plaza, ont renouvelé leur engagement.
Mais le groupe Auchan, dont les vêtements de la marque In Extenso continuent d’être produits au Bangladesh, ne l'a pas fait !

Or la société-mère ELO – qui a réalisé un chiffre d’affaires de 31 millions d’euros en 2021, dont 98% provient des supermarchés – est soumise à la loi française sur le devoir de vigilance, qui l’engage à prévenir les risques d’abus et d’accidents dans ses chaînes d’approvisionnement.

Pour un groupe qui se targue de financer, à travers sa fondation, des programmes « au bénéfice des ouvriers et ouvrières des usines » et qui avait signé l’accord de 2013, puis sa prolongation en 2018, le renouvellement de cet accord devrait être une évidence !

Chiche ?

Sur son site internet, la filiale Auchan Retail présente son souhait de « devenir un concepteur-sélectionneur d’une offre unique, juste et responsable »... Demandons au groupe d’assurer, avant tout, la sécurité des personnes qui travaillent dans sa chaîne d’approvisionnement !

Nos demandes

En signant cette pétition en ligne, vous adressez un courriel à M. Vianney Mulliez, Directeur Général du groupe ELO à qui appartien Auchan, pour lui demander de signer le nouvel Accord pour la sécurité dans les usines textiles du Bangladesh.

LIRE LA LETTRE DE l'APPEL URGENT

Lettre de pétition

Monsieur le Directeur Général,

À ma connaissance, le groupe ELO et sa branche Auchan Retail n’ont toujours pas signé le nouvel Accord pour la santé et la sécurité dans les usines textiles du Bangladesh, en vigueur depuis le 1er septembre 2021.

Cet Accord a pour but d’éviter de nouveaux accidents tels que l’effondrement du Rana Plaza, qui a tué ou blessé des milliers de personnes en 2013. Il vient prolonger l’Accord signé par le groupe en 2013, puis en 2018.
Ce premier Accord a permis des progrès réels, mais il reste encore beaucoup à faire pour garantir la santé et la sécurité dans les usines textiles.

Votre groupe, soumis à la loi française sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de droits humains, pourrait sauver des vies en prolongeant l’engagement pris en 2013.

C’est pourquoi je vous prie instamment de rejoindre les 175 marques qui ont déjà signé le nouvel Accord : internationalaccord.org

Dans cette attente, je vous prie de croire en l’assurance de toute ma considération.